Église et crypte

Bâtie sur les fondations d’anciennes églises byzantine et croisée, l’église actuelle date des années 1930.

L’église supérieure

L’église actuelle a été construite dans un style néo-byzantin par le Père Assomptionniste Etienne Boubet, architecte et artiste autodidacte.

Les portes en bronze de l’église font le lien entre le Cénacle, où Jésus, au cours de la dernière Cène,
a annoncé à Pierre son triple reniement, et le lieu où cette prophétie s’est réalisée.
L’intérieur de l’église décoré de mosaïques
La mosaïque du chœur de l’église : le Sanhédrin condamne Jésus à mort pour s’être dit Fils de Dieu.
Caïphe (à droite) déchire ses vêtements en disant : « Il a blasphémé » (Matthieu 26, 65-66).
Dans le ciel, le Père se voile la face pour ne pas voir les mains tendues de ceux qui condamnent son Fils.
Quatre anges présentent à Jésus la croix qu’il vient d’accepter par fidélité à son Père
« qui a tant aimé le monde qu’il a livré son Fils unique » (Jean 3, 16)
Le grand vitrail dans la coupole de l’église : « Vous verrez le Fils de l’homme
siéger à la droite du Tout-Puissant et venir sur les nuées du ciel.
" (Matthieu 26,64)
Mosaïques du fond de l’église : Marie et Jean au pied du Christ en croix

La crypte

Construite au-dessus de la Fosse Profonde, la crypte occupe un vaste espace directement taillé dans le roc qui s’étend à l’extérieur jusqu’à la rue en escalier. Cet espace correspondrait à la cour où se tenait Pierre lorsqu’il a renié Jésus, assis auprès d’un feu avec les gardes.

« Pierre était en bas dans la cour » (Marc 14, 66).

Trois grandes icônes, écrites en 1995 par l’iconographe russe Evgeni Kisets, illustrent :

  • Jésus posant son regard sur Pierre après son troisième reniement
  • Pierre pleurant son péché
  • Le Christ ressuscité confirmant la mission de Pierre, qui par trois fois lui affirme son amour

La Fosse Profonde est visible depuis la Crypte, à travers un trou creusé dans le rocher.

Une des croix datant des premiers pèlerinages en Terre Sainte organisés par les Assomptionnistes,
à partir de 1882, est exposée au fond de la crypte. Celles-ci étaient attachées aux mâts des bateaux
qui transportaient les pèlerins, avant d’être portées en procession lors du grand chemin de croix.