28 juin 2017 : Mosaïque de Stephanos

JERUSALEM – Le 28 juin 2017, les Assomptionnistes ont invité l’Eglise de Jérusalem à célébrer les Premières Vêpres de la fête de Saint Pierre-Saint Paul dans le sanctuaire de Saint Pierre en Gallicante dont ils ont la charge.

Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur Apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem est venu présider l’office auquel a assisté nombre de religieux et de fidèles ainsi que Mgr Grégoire Pierre Melki, Exarque patriarcal Syriaque-Catholique de Terre Sainte.

Belvédère, Escalier Saint, Station du Reniement : la célébration a été marquée par des étapes sur les différents lieux qui composent le sanctuaire de Saint Pierre en Gallicante. Une façon de revivre des étapes de la Passion du Christ qui aujourd’hui encore marquent notre foi.

Après le chant des psaumes où hommes et femmes ont pu se répondre pour chanter la gloire de Dieu, l’évangile du jour de la fête, le 29 juin, a été proclamé. Dans ce passage, Pierre répète sa Foi de la même façon aux trois questions de Jésus : « Tu sais bien que je t’aime ». La réponse de Jésus est alors immédiate : « Sois le berger de mes brebis ».

Dans son homélie, Mgr Pizzaballa a invité les fidèles présents à contempler la scène et à imaginer l’émotion de Pierre lors de cet échange fort entre Jésus et le chef des disciples. Puis l’Administrateur Apostolique a souligné ce que nous devons y voir : un appel à la fidélité, un appel à être témoin de l’Amour du Christ et non pas un appel à la perfection. Cette mission est bien celle de l’Eglise, que nous savons aussi imparfaite : porter témoignage de l’Amour de Dieu pour les Hommes.

A l’occasion de cette fête, le Père Jean-Daniel Gullung, AA, recteur du sanctuaire a convié l’assemblée à aller admirer la mosaïque byzantine de la tombe de Stéphanos, haut-fonctionnaire de l’impératrice Eudoxie, impératrice d’Orient au Vème siècle. Cette mosaïque qui représente de façon allégorique l’âme qui s’échappe de la mort fait partie des découvertes les plus importantes de l’époque byzantine de ce sanctuaire.

Les participants ont pu également admirer une exposition de photographies retraçant l’histoire du sanctuaire depuis l’arrivée des religieux assomptionnistes, propriétaires du site depuis 1887.

Cécile Klos

Cette article est issu du site du Patriarcat Latin de Jérusalem